Archive pour mont nemrut

2100m d’altitude et ce qui vient avec

Posted in turquie, Uncategorized with tags , , , on 11 octobre 2009 by vanes

Qu’est ce qu’on ne ferait pas pour voir une de ces raretés qui s’offrent à nous dans les autres pays? Même si parfois ceelles-ci sont difficilement accessibles.

J’ai l’habitude de voyager à partir de la mi avril à la mi juillet. J’échappe donc de justesse à la période de l’affluence touristique. Ce point est positif puisque je n’ai aucun problème à me trouver un endroit où dormir et ce, même à la dernière minute. Aussi, les habitants locaux ne sont pas saturés par le tourisme et sont plus agréables à aborder, mais aussi je bénéficie de la tranquillité des sites plus touristiques et je peux prendre des photos sans avoir de délégations françaises, asiatiques ou américaines à l’arrière plan de mes photos. Par contre il est plus difficile de réserver des excursions dans les endroits difficilement accessibles sans l’aide d’une agence et le manque de touristes durant cette période provoque un ralentissement des activités et ainsi les excursions sont souvent annulées par manque d’inscriptions.

C’est parfois frustrant puisque je n’ai pas toujours le temps d’attendre que d’autres touristes manifestent leur intérêt pour la même excursion. Le temps est un facteur important qui parfois créée des situations cocasses.

L’une d’entre elles qui fut toute une aventure fut mon excursion au Mont Nemrut dans le Sud est de la Turquie en mai 2008.

Mont Nemrut, Turquie

Mont Nemrut, Turquie

Je vous avais déjà mentionné que j’avais été hébergée d’un ami à l’autre, de ville en ville dans l’est de la Turquie. Je commencerai mon histoire par cela.

J’étais dans la ville de Diyarbakir chez un couple de kurdes dont un ami à eux m’avait trouvé un logis chez un ami à Malatya d’où je pouvais faire l’excursion jusqu’au mont célèbre.

Fumant le narguilé à Malatya, Turquie

Fumant le narguilé à Malatya, Turquie

J’arrive à la station de bus où ce jeune turc dont j’ai oublié le nom m’accueille et commence à me parler très vite en Turc. Je lui réponds en Anglais que je ne comprends rien de ce qu’il me dit car je ne parle pas sa langue. Fou rire entre nous, on se rend compte qu’il ne parle ni anglais, ni français. Moi, pour ma part, je ne connais que quelques mots clés en Turcs appris durant mon séjour. Je m’en suis tirée avec trois mots durant le temps que j’ai passé chez lui. Malgré la barrière linguistique, nous avons pu discuter dans un genre de bar sans alcool, bien sûr, où nous avons bu quelques thés et fumé le narguilé, agrémenté de rires et de malentendus.

Je me retrouvais donc seule à essayer de trouver une agence qui fait l’allée retour pour le mont Nemrut alors que je n’étais là que

Le Turc qui parle uniquement le Turc!, Malatya, Turquie

Le Turc qui parle uniquement le Turc!, Malatya, Turquie

pour deux nuit et trois jours. Évidemment le Lonely planet n’étais pas utile, ni leur centre d’information aux touristes qui n’est qu’une parure. Je finis tant bien que mal à avoir une information. Un monsieur un peu bizarre organise des tours, mais il ignore quand  sera le prochain  vu le manque de touriste. Il me dit qu’une taïwanaise aussi attend pour la même chose. Après une longue discussion les trois ensemble, il accepte de nous vendre l’excursion au prix de trois têtes pour nous deux. C’est à prendre ou à laisser. Impossible de refuser, il s’agit d’un site historique et je ne reviendrai probablement pas làde sitôt. Il nous donne rendez vous le lendemain matin où un chauffeur nous amènera.

Le Mont Nemrut est une montagne de 2150 mètres d’altitude reconnue pour ses statues de Dieux érigées à son sommet. Le roi Antiochus Theos du royaume de Commagène aurait bâti son mausolée entouré de statues géantes à son effigie ainsi qu’à celle d’autres dieux grecs et perses pouvant atteindre jusqu’à neuf mètres de hauteur, créant ainsi un genre de centre des Dieux. Cela faisait de la Commagène et de ses rois un centre spirituel pour le Moyen-Orient. Malheureusement, le sanctuaire des Dieux aurait été détruit par les Romain et tombé dans l’oubli jusqu’à sa redécouverte au 19ème siècle. Je ne m’y connais pas trop dans l’histoire de la région, mais il reste que c’est un endroit assez impressionnant.

Montée en Van du Mont Nemrut, Turquie

Montée en Van du Mont Nemrut, Turquie

Alors voilà que nous arrivons le matin d’une journée pluvieuse pour notre départ pour ce mont où nous verrons ces grandes têtes mystiques. Je quitte la maison du Turc qui parle que le Turc avec mon gros sac à dos car je prévoie repartir directement après mon excursion pour Urfa, une ville près de la frontière de la Syrie, mon prochain pays sur la liste. Le monsieur qui nous organise le tour reste à Malatya. Je dois cependant vous le décrire, cela en vaut la peine. Il semble sortir tout droit de Asterix avec ses cheveux longs d’acier couleur douteuse entre blond bleaché, gris et un fond de brun. Il porte des

Montée en Van du Mont Nemrut, Turquie

Montée en Van du Mont Nemrut, Turquie

bijoux à n’en plus finir et ses doigts sont parés de bagues avec l’ongle du petit doigt très long. Assez petit mais corpulent, il nous parle de ses aventures avec les touristes en attendant notre chauffeur. Il est à la limite de me dégoûter lorsque le van arrive. Nous montons à bord avec le chauffeur, un Turc typique et sa femme. On prend la route sous cette pluie pour se rendre dans les montagnes. Il fait de plus en plus froid dans le van et le chauffage semble ne pas exister du tout en Turquie. Plus nous montons, plus je suis heureuse d’avoir ma manie de ne pas être capable de rien jeter. J’avais gardé mon manteau chaud islamique en cas de besoin! Je l’enfilai par dessus mon chandail. Il pleuvait toujours lorsque nous sommes arrivés à l’hôtel qui nous accueillera pour la nuit. Quelle surprise, nos chambre n’ont aucunement de chauffage et il fait si humide que le froid a pénétré jusqu’à nos os. La Taïwanaise et moi ne sommes pas du tout contentes et personne ne comprend notre désarroi. On leur demande d’aller visiter le sommet à l’instant en planifiant leur demander de retourner le soir même puisque nous refusions de rester dans ces conditions là. On prend donc le van et on commence à rouler, toujours dans la pluie, sur le chemin en serpentin boueux qui mène au sommet. Évidemment, le van reste bloquée dans cette boue alors que nous étions dans une pente.

Tête de Dieu à 2100m, Mont Nemrut Turquie

Tête de Dieu à 2100m, Mont Nemrut Turquie

Rien à faire, le van roule dans la boue, sans avancer. Le conducteur sort du van avec un autre homme du côté passager dont j’ignore la fonction et tous deux sortent des chaines pour mettre sur les roues. Je vous avoue que mon cœur battait assez fort. Nous étions là, dans le milieu de nulle part, dans une courbe boueuse à presque 2100 mètres d’altitude. Il n’est pas nécessaire de vous dire à quel point le chemin était étroit en plus de tout ça! Après plusieurs tentatives, le van part d’un coup et hop on est de nouveau sur la montée.

Tête de Dieu à 2100m, Mont Nemrut Turquie

Têtes de Dieux à 2100m, Mont Nemrut Turquie

Nous arrivons saines et saufs au sommet. Il fait très froid. Le vent est glacial, la pluie a cessé, mais l’humidité est à son meilleur. Toutes deux prenons des photos du mieux que nous le pouvions. L’une de l’autre, à côté des statues. Nous essayons de faire vite car le froid nous empêche d’apprécier plus qu’il faut cette beauté qui s’offre à nous. Nous remontons à bord pour la descente vers l’hôtel en insistant pour retourner à Malatya de suite. Le chauffeur se sent obligé et sa femme qui devait nous cuisiner le repas monte à bord, abandonnant les chaudrons. Fière de notre coup, nous arrivons lorsqu’il commence à faire nuit à la ville. Le chauffeur s’arrête devant la maison du monsieur « gaulois » pour régler le tout.

Ça ne pouvait pas être si simple. Il descendit de son appartement et entra dans le van. Voilà qu’on commença à se chicaner sérieusement au point où ma compagne de voyage avait un peu peur du gaulois. Nous voulions payer moins cher puisque nous n’étions pas resté ni pour le souper le soir, ni pour la nuit

Tête de Dieu à 2100m, Mont Nemrut Turquie

Tête de Dieu à 2100m, Mont Nemrut Turquie

à l’hôtel. Avec toutes mes expériences de voyage, j’étais assez confiante que même avec ses menaces d’appeler la police, ce n’est en aucun cas son intérêt. Je lui dis donc de l’appeler la police, qu’on attendra avec plaisir de s’expliquer avec elle. Bref après s’être crié l’un après l’autre, j’indique à la taïwanaise de suivre mes consignes, de prendre son sac sur son dos et de se préparer à sortir. J’ignorais totalement où nous étions dans la ville de Malatya et le gaulois ne cessait de dire que nous ne saurions pas se retrouver sans lui, que nous étions loin du centre. Nous lui balançons notre dû qui était la moitié de ce qu’il demandait et nous sommes sortis du van alors qu’il s’apprêtait à rouler. On se serait cru dans un film, je vous assure. Nous reprenons notre calme et je pris mon guide avec le plan de la ville pour tenter de me retrouver. Un passant nous aide à nous situer sur la carte et en fin de compte nous ne sommes qu’à quelques mètres du centre. La taïwanaise me suit d’un air ébahi et admire mon calme. Évidemment si cela avait été mon premier voyage, jamais je n’aurais su comment réagir avec cette confiance. On se trouva une chambre à deux pour se remettre de nos émotions avant se séparer pour suivre nos routes respectives le lendemain.

فانيسا

vanes

Mesure la profondeur de l’eau avant de t’y plonger. (proverbe arabe)

Publicités