Le Divertissement

C’est l’été. Officiellement non, officieusement oui. Dans nos têtes c’est bel et bien arrivé et c’est ce qui compte. Le soleil brille. Il fait chaud. Les gens sont heureux. La session d’hiver est terminée et la combinaison de ce poids en moins avec l’été nous donne des ailes. Nous avons le goût d’en profiter sur une terrasse ou dans un parc. L’envie de se défouler et de sortir est omniprésente, du moins, c’est mon cas. Je bûche durant six mois pour obtenir de bons résultats à l’université et la température hivernale ne fait que me replier sur moi même. Un fois tout cela derrière moi, je revis. Je sors une fois par semaine dans un club dans le but de vraiment me défouler et je me promène sur les terrasses de mes amis, des bars ou des cafés. Le temps n’est plus un facteur prioritaire. Parla suite, ça se calme.

Ce que je fais ici, dans ma ville, à Montréal, je le fais dans les autres pays, en voyage, mais de  façon exponentielle. C’est-à-dire qu’il est fréquent après une matinée et un après midi de marche sans arrêt de prendre le temps de prendre un verre sur une terrasse afin d’écrire dans mon

Discothèque à Istanbul, Turquie

carnet de voyage ou simplement décompresser avant de reprendre un peu mes forces ou de me choisir un restaurant où j’irai manger. Ça, il s’agit plus d’une activité que j’ai faite en Europe et enEurope de l’Est qu’au Moyen-Orient. Cela n’a pas principalement en rapport avec le facteur alcool.

Je vous explique.

Cela diffère de pays en pays bien sûr. En Turquie, la partie de l’Ouest qui très

Vue du dessous le pont Galata, Istanbu

occidentalisée, tout dépendant des quartiers, il est fréquent d’aller prendre un verre pour se relaxer. J’aime bien prendre une bonne bière fraiche locale, la Efes, sous le pont de Galata sur lequel les habitants s’improvisent pêcheurs dans le Bosphore. Je vois alors les lignes des cannes à pêche remonter avec de tous petits poissons. Confortablement dans mon bean bag, bien que la bière soit au prix touriste comme je l’appelle, elle en vaut le coup.

Alors vient l’Iran..ouuuuu. LE pays qui fait peur! Je marche pendant des heures durant les premiers jours, car je suis si fascinée parle pays et je tente de prendre le pouls de la vie iranienne. Je me rends compte assez rapidement d’une chose; il n’y a aucun endroit à ma disposition pour m’arrêter et souffler. Bien évidemment il y a des cafés qui bordent les rues, des petits endroits qui semblent bien. Le seul hic, c’est que ce sont des endroits réservés aux hommes uniquement. Il reste alors les parcs et les restaurants familiaux.

En effet, depuis la révolution, l’Imam Khomeiny a fait fermer toutes les discothèques et lieux de divertissements mis à part ces cafés pour hommes seulement. Auparavant, les

Lieu réservé aux hommes iraniens, Tabriz

femmes n’étaient pas voilées par la loi et tous pouvaient fréquenter les lieux de plaisances.

Le temps devient plus long et les journées aussi. Je m’enfermais dans ma chambre pour lire en mangeant des douceurs après le repas du soir en attendant le sommeil.

De retour en Turquie, de l’est cette fois, il s’agit du même principe, mais moins rigoureux. Il n’y a toujours pas de lieux de divertissement pour les femmes, mais il y a tout de même des terrasses de café et de crèmerie auxquelles j’avais droit.

Pour ce qui est de la Syrie, c’est différent, tout comme pour le Liban. Certaines villes plus conservatrices ne contiennent pas de bars mis à part ceux dans les hôtels auxquels j’allais accompagnée de mes amis. De même qu’à Palmyra, dans la tente de bédouin où l’alcool coulait à flot que ce soit sous le prétexte que c’est pour les touristes, les Syriens s’en donnent à cœur joie. À Damascus par contre, la capitale de la Syrie, les bars sont répandus et la bière est facile à trouver. Le même phénomène se retrouve au Liban où les dépanneurs de Beyrouth vendent bières, vins et spiritueux. On y trouve les discothèques les plus huppées, rien à voir avec la rue St-Laurent à Montréal. Dans le nord, à Tripoli, ville musulmane et conservatrice, c’est moins bien vu.

En Jordanie, je me suis retrouvée dans un des rares restaurant où on sert de l’alcool et dans lequel les hommes musulmans en profitent pour prendre un pot, mais ça, ce sera une autre histoire.

La Palestine est aussi pur que l’est de la Turquie pour ce que j’ai eu le temps d’observer, mais l’Israël, aucun problème pour faire la fête là bas et fréquenter des lieux de divertissements.

Discothèque non loin de Haifa, Israël

Sans être attaché physiquement à l’Europe, ce pays est très occidentalisé et est de la partie pour la coupe de soccer en Europe malgré que ce soit un pays du Proche-Orient.

Quoi qu’il en soit que ce soit avec ou sans alcool si là est le problème, on a tous besoin de ces lieux de divertissements pour notre épanouissement. Par contre, la maison peut tout aussi bien faire l’affaire et les Iraniens arrivent très bien à trouver des alternatives pour pouvoir, tout comme nous, s’éclater et se laisser aller.

فانيسا

vanes

Le meilleur compagnon pour passer le temps est un livre. (proverbe algérien)

Publicités

4 Réponses to “Le Divertissement”

  1. Jasmine Says:

    Et bien c’est faux, il existe beaucoup d’endroits, des cafés, des restos où les femmes peuvent aller ! J’ai des copines qui travaillent dans ces endroits. Vous devriez vous faire des amies iraniennes qui vous les feront connaitre.

    • Eh bien en tant que touriste seule en Iran, il est difficile de pouvoir avoir accès à ces lieux. Je les ai donc manqué. Mais ne laissez moi pas croire que ces lieux sont sur la rue tels les tavernes de ces messieurs. Ils ne sont alors pas accessibles facilement aux étranger. Essayez d’employer un autre ton que le reproche dans vos commentaires, que ce soit constructif. Mon but n’est pas de choquer les gens, mais de raconter ce que MOI j’ai vécue. Cela étant dit, vous ne viverez probablement pas les mêmes chose que moi dans une même ville ou un même pays, et c’est la beauté du voyage.

  2. Guillaume Blouin Says:

    Très intéressant ce tour d’horizon, version divertissement, de ce bout du monde! Sûrement que la Chrétienté en est pour quelque chose dans la présence de l’alcool au Liban et dans les grandes villes. L’ouverture au monde et au tourisme tend à démocratiser la consommation d’alcool, et autres choses. Ce coin du globe semble être au cœur de l’action sur ce plan, ressens-tu des tensions à ce niveau? Le resserrement des droits de certains pays, comme l’Iran, m’apparait clair là-dessus. Salut!

  3. francine gagnon Says:

    J’ai vue hier soir sur dvd « la journée de la jupe » un film français avec Isabelle Adjani. Elle joue le rôle d’une prof de francais dans une école laïque pour les 15/16/17ans. Je conseille ce film très très touchant, dure oui, multi-ethnique et raciste comme ça ne devrait jamais exister. On devrait obliger ce visionnement aux jeunes ados et pré-ados, peut-être que????? Je crois depuis toujours à l’égalité entre hommmes et femmes et que pour moi, maquilleuse, toutes les couleurs de peau ne sont que cela, une couleur, et que la foi, la vraie est la même base de respect de l’autre partout dans le monde, ouvrons-nous à l’amour au pardon à la meilleure vie quoi! Inchallah

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :