Prendre le temps

La session d’hiver est terminée. Un moment tant attendu, malgré que j’adore ce que j’étudie. Un moment que j’associe avec les mots légèreté et relaxer. Cependant, il s’agit simplement d’une association verbale qui ne se transforme pas en action. Tout au long de la session d’hiver, j’ai hâte au printemps, à l’été, à la fin pour enfin avoir du temps. Durant la session universitaire, rien ne change, je travaille toujours autant que si je n’allais pas à l’école, donc à temps plein, paiement de compte et le loyer obligent. Je dois par conséquent combiner ma vie d’adulte avec un emploi à temps plein ainsi que celle d’une étudiante avec trois cours universitaires.

Lorsque je rentre chez moi après le travail, pas question de me reposer. Je dois faire soit des travaux, soit de l’étude. Si j’ose être rebelle une soirée et ne pas toucher à mes cahiers, je me sens coupable de ne pas avoir maximisé mon temps pour l’université. Je me dis toujours que lorsque ce sera finit, je pourrai prendre du temps.

…Du temps :

Milieu où parraissent se dérouler irréversiblement les existances dans leur changement, les évènements et les phénomènents dans leur succession. loisir :-temps d’arrêt- pause -trouver, prendre le temps de se reposer. glander : prendre [tout] son temps : ne pas se presser

Hélas, je fais partie de ceux qui ne sont pas arrêtable. J’aime quand ça bouge et j’accepte toute opportunité qui s’offre à moi. Ainsi prendre le temps de me reposer ne fait pas trop partie de mes activités. J’ai une pile de livres que j’aimerais lire, des dizaines de films que j’aimerais voir, et des idées de peinture que j’aimerais réaliser. Prendre le temps, j’y travaille.

Dimanche, c’était une journée magnifique et le soleil était de la partie. Il faisait assez chaud pour que je porte qu’un simple chandail, les orteils à l’air. Je sors ma bicyclette, sa première sortie de la saison. Après avoir fait les courses, je me force de prendre un peu de soleil sur mon balcon et lire un peu. Bière froide à la main, livre sur le récit de voyage de Marie-Ève Martel : Sous le soleil Syrien, je lis, sous notre soleil montréalais. Lisant son deuxième récit après celui sur l’Iran, je me mets à penser au style de vie, là bas, à mon voyage, à mes voyages. Je laisse le livre de côté pour me mettre à rêvasser un peu. Non seulement les Syrien, mais dans les pays arabo-musulmans en général, ils ont un rythme plus lent. Je n’écarte pas l’Espagne de la liste puisqu’on a du me répéter 150 fois tranquilla, de prendre ça relaxe. Mais enfin, ce dont je parlerai est bien évidemment, le monde arabo-musulman.

Autant lorsque je débarque dans un pays, je me précipite à le visiter, marcher le plus que je peux, car je veux tout voir, tout faire. La fatigue me rattrape vite et les locaux aussi. Quand on voyage, il est aussi important de s’imprégner du rythme des gens. Voilà qu’ils nous trouvent trop stressé, ils ne comprennent pas trop notre rythme de fou, notre folie. Je suis habituée à cette vie trop occupée de haute performance dans laquelle il faut être le meilleur pour percer. Cette vie dans laquelle chaque journée représente une semaine entière! À l’opposer, les gens du Proche et Moyen Orient ont tendance a profiter réellement de leur temps. Non seulement ils travaillent d’arrache pied parfois durant 12 heures chaque jours, mais durant cette même journée ils feront la sieste, iront prendre le thé ou le café à l’heure du repos, l’après midi.

Souvent, lors de mes périples dans une ville, il est courant qu’un passant, un commerçant m’invite à prendre le thé ou le café avec lui pour simplement jaser. Les locaux semblent toujours avoir le temps de s’arrêter. Rien ne presse. Pour ça, je les envie. Mes journées sont pratiquement programmées à la minute afin de maximiser mon temps et ainsi je ne prends aucunement le temps de prendre le temps. En voyage, je prends ce temps parfois. Je me promène et m’arrête quand bon me semble. L’instant d’écrire un peu mes expériences pour éviter de les oublier à tous jamais.

En Bosnie, en 2007, c’est le repos forcé. Tout est fermé du au congé pour la fête du travail du premier mai. Je me promenais de café en café pour prendre cette boisson chaude dans le vieux quartier qui était en fait, le quartier turc. Je vagabondais un peu dans la ville, prenant quelques clichés de temps à autres, pour finir sur une terrasse avec cette Anglaise rencontrée à l’auberge. Nos horaires étaient vides, il suffisait juste d’apprécier le moment présent.

En Turquie, à Istanbul, alors que j’étais hébergée par des turcs devenus mes amis par l’entremise du site internet couchsurfing, nous prenions le thé en attendant l’un ou l’autre, ne sachant pas trop quand il nous rejoindrait. De toute façon, quelle fut l’urgence de se rejoindre tout de suite après le travail, à la minute près? Pourquoi ne pas souffler un peu et séparer le travail avec le social du soir? Pourquoi devoir à ce point suivre un horaire? Eux, ils l’ont compris. Moi, j’y travaille encore.

Relaxant dans la demeure familiale de Hany, Homs, Syrie 2008

Avec le temps, durant ce voyage de 2008, j’ai un peu compris. La journée est longue et les invitations sont multiples. En accepter une parmi quelques unes ne fait que m’apprendre sur la culture et me permet de faire des connexions avec les locaux. Ainsi lors de mon plus récent voyage à l’hiver 2009-2010, j’ai pris ce temps, ces moments que j’oublie trop souvent de savourer. En Syrie, mon ami Hany travaillait durant l’après midi et la soirée et moi, je m’assoyais à une table de la terrasse, sirotant café ou thé offert par l’un ou l’autre qui s’assoyait à mes côtés. Moi j’écrivais, réfléchissais, relaxais. Puis, je marchais un peu dans la ville en l’occurrence Palmyra où je connaissait plusieurs de ses amis qui me faisait signe de loin de les rejoindre pour fumer la narguilé dans une boutique ou tout simplement jaser sur un cadre de porte avant de faire un énième tour dans les ruines magnifiques que je ne me lassais pas de voir. Je ne me demandais pas quel était le plan de la journée ou de la soirée, je suivais le rythme, c’est tout.

Apprendre à se décontracter, arrêter de courir après tout et rien, savourer le moment présent, se laisser guider au gré du vent, prendre le temps, voilà ce nous, les occidentaux doivent apprendre à faire, et moi, en particulier. C’est bien beau vouloir être le meilleur et regarder son nmbril, mais il ne faut pas oublier de vivre aussi et surtout, de prendre le temps!

فانيسا

vanes

« Demain, après demain, le temps ne compte pas» (proverbe arabe)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :