Au revoir Lukasz

Lukasz Jaworski

Son nom vous dit rien, j’en suis sûr. Certains l’on connu sous le nom de Luke, moi sous celui de Lukasz, son vrai nom qu’on prononce Lucas.

Lorsqu’on voyage, on vit des expériences éphémères ainsi que des rencontres tout aussi éphémères. Certaines personnes nous marquent, d’autres moins.

Je voyage seule. J’attire la compagnie assez facilement. Que ce soit par les locaux qui se gênent moins à parler à une voyageuse solo ou encore par d’autres touristes dans la même situation que moi, on m’aborde souvent. Je dis que je voyage seule, mais ce n’est pas totalement vrai. Du moins au Moyen-Orient, les gens sont d’une gentillesse incroyable et sont tous aussi curieux que moi à en savoir sur les autres cultures et spécialement celle occidentale, du Canada. Ainsi, les trois mois extraordinaires que j’ai passés seule dans les pays arabo-musulmans en 2008, je n’étais en réalité que très rarement face à moi–même.

Je vous ai parlé du couchsurfing plus tôt dans mon blogue, ce site internet qui offre la possibilité aux voyageurs d’expérimenter un voyage d’une autre façon que par les auberges de jeunesse, par la vision de l’habitant. Évidemment, ce site est moins populaire dans les pays arabo-musulmans quoi qu’il y a quelques personnes qui offrent leur sofa. Certains couchsurfers vont même jusqu’à offrir une chambre dans leur hôtel, ou plutôt dans l’hôtel de papa. Les fils sont souvent les gérants de ces hôtels et donc une entreprise familiale.

En Mai 2008, j’arrive à Aleppo en Syrie. Il s’agit de mon premier contact réel dans le pays, car dès mon entrée par la frontière au sud de Sanliurfa en Turquie, je pris de peine et de misère deux bus pour me rendre à Aleppo. Hussam, membre du couchsurfing, m’accueil dans son hôtel de charme, Dar Halabia. J’ai une chambre à moi avec une salle de bain. Le vrai luxe pour quelqu’un qui est habitué à un lit plutôt « crade » dans un dortoir avec la salle de bain commune dont je vous épargne les détails. Le jour, je me promène dans la ville, visite la citadelle, et le soir, Hussam m’amène fumer le narguilé et me promener. Un jour, alors que je suis à l’hôtel à écrire des courriels et faire des recherches sur l’ordinateur portable de mon hôte, un groupe arrive et on leur sert un plateau rempli de tasses de thé, le « welcome tea » ou «hospitality tea». J’observe la scène. Un jeune homme aux yeux bleus explique à son groupe le déroulement de l’après-midi avant de les laisser rejoindre leur chambre respective. Il s’agit d’un guide qui s’occupe de faire des tours guidées de deux à trois semaines en Syrie et en Jordanie. Il me parle un peu, sans plus.

Je continue mon chemin dans ce pays que j’affectionne beaucoup. Je poursuis mon chemin de Aleppo à Lattakia, Homs, Hama avant de me rendre à Palmyra, chez un autre couchsurfer, Hany. Hany qui possède un café internet dans l’arrière boutique du restaurant familial, j’ai donc accès illimité à l’internet. J’en profite pour donner un peu de nouvelles et flâner dans les alentours. Un après-midi, Hany me signal qu’il sera occupé puisqu’un groupe de touristes a réservé pour le diner. Pas de problème. Je parle avec un de ses millions de cousins qui passent et partent le temps d’un café ou d’un thé quand un jeune homme entre dans le coin du café internet. Je le reconnais et lui de même. Il s’agit du même jeune homme guide rencontré plutôt durant mon voyage. On discute un peu après s’être posé les questions habituelles. Il est Polonais et son nom est Lukasz. Tout ce qui est Polonais ou Europe de l’Est me fais penser à mon amie Magdalena qu’on confond souvent pour ma sœur. Il m’explique qu’il gagne sa vie avec ces tours guidés pour le moment, mais qu’il commence à s’en lasser. Le lendemain, ils partent pour une autre ville et ce sera la dernière fois que je le verrai.

Puis quelques semaines plus tard, je fais la rencontre de Jullian à l’hôtel Talal de Beyrouth, ce super Français avec qui j’ai partagé de bons repas à l’hôtel, mais surtout sorti en boîte libanaise comme jamais. Il possède un blogue que j’ai eu beaucoup de plaisir et de nostalgie à lire. Lui, il a continué de voyager plus d’un an après notre rencontre. C’est par son blogue que j’ai lu sa rencontre avec un certain Luke! Quel hasard, ils se sont rencontré en Inde et ont passé quelques temps ensemble. Luke a laissé son emploi de guide pour voyager simplement et pratiquer la photographie.

Le 8 avril 2010, je lis le statut de « facebook » de Jullian qui dit ceci: «just can’t beleive Luke is dead». Je fais le lien avec cette brève rencontre il y a presque deux ans de cela. Je contacte Jullian immédiatement pour avoir des détails. Il n’en sait pas plus sur le sujet mais m’envoi un lien. Luke travaillait pour un genre groupe de photographes sur l’internet.

Lukasz est décédé le dimanche de Pâques, alors qu’il allait prendre des photos d’une église à Lalibela en Éthiopie. Il a glissé d’une pente abrupte et s’est gravement blessé dans sa chute. Son décès a été constaté en attendant le transport pour se rendre à l’hôpital de la capitale éthiopienne, Addis Ababa.

En lisant la nouvelle, j’ai eu le choc accompagné d’un pincement au coeur, bien que je ne l’ai pas connu de proche. Ce sont des choses qui arrivent, mais lorsqu’elles arrivent à quelqu’un que tu as côtoyé, c’est toujours étrange.

J’ai toujours dit aux gens qui m’ont demandé si les pays que j’allais visiter étaient dangereux, si je craignais pour ma vie et si j’avais peur de ce que j’allais entreprendre. À cela, j’ai toujours répondu que si j’avais à mourir là bas, que ce soit en Iran ou dans un autre pays, je décèderai heureuse, dans mon élément, en voyage.

Il aura laissé sa vie lors d’un voyage, là où il était le plus heureux, lui aussi.

À Lukasz, à sa famille et à tous ceux qui l’ont connu de proche ou de loin.

مع السلامة (Ma’a assalama) (Que la paix soit sur toi)

Lukasz

فانيسا

vanes

«L’amertume de la mort est en raison de la crainte qu’elle inspire.» (proverbe arabe)

http://obscura.com.au/news/luk.html

Publicités

4 Réponses to “Au revoir Lukasz”

  1. salut à Tous
    son nom dit beaucoup, c’est mon tres bon copain avec qui on a eu bcoup de projet à realiser
    je viens d’arriver de ses obseques
    presque 1200 personnes presentes pour lui rendre hommage ce 28 avril à Cieszyn en Pologne

  2. ghislain Says:

    La plume s’affine…

  3. francine gagnon Says:

    A la célébration de la vie, des gens que l’on aiment et surtout de toujours poursuivre nos rêves et notre bonheur. La crainte étant l’obstacle à éviter à tout prix, essayer recommencer se reprendre pardonner avancer quoi qu’il arrive, la nuit passera et le jour viendra. Combien de jours nous donne la vie personne ne le sait. Mais ce que tu en feras ça c’est notre choix. Merci la vie!

  4. je ne te lis pas souvent Vanessa…je l’admet, mais quand je le fais c’est toujours agréable. C’est très touchant comme histoire….c’est fou comment facebook, couchsurfing peuvent nous permettent d’établir des liens entre plusieurs personnes qu’on connait de différent endroits (ou les maintenir). Je ne crois pas avoir entendu de Lukasz quand tu nous parlais de tes voyages mais je trouve ça bien que tu perpétues sa mémoire…tu lui rends hommage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :