Istanbul, mon amour

Ahh Istanbul, ma chère Istanbul! Mon premier amour du Moyen-Orient. Celle qui a fait chavirer mon cœur dès les premiers pas en terre musulmane. Depuis, elle est restée particulière à mes yeux. J’ai eu plus ou moins la même expérience les deux années passées pendant lesquelles j’ai fait quatre séjours en comptant les allers-retours. Par contre, le dernier séjour fut plutôt différent.

Au lendemain de mon arrivée, le 28 décembre, j’ai eu l’impression qu’elle avait changé, ou peut-être était-ce moi qui avait changé? J’avais l’impression d’avoir perdu mes quelques repères. Peut-être que c’était dû au fait que je n’habitais pas dans le même quartier que lorsque j’étais hébergée par mon ami Basar sur le côté anatolien d’Istanbul donc sur le continent de l’Asie. Par conséquent, pour me rendre sur le côté dit « européen » je prenais le traversier et j’arrivais sur la rive du Bosphore soit à Kabatas ou encore à Eminönü près du quadrilatère touristique. Cette habitude, je l’avais soit à l’aller ou au retour de mon voyage puisque Istanbul fut souvent ma plaque tournante.

Ainsi, mon chemin s’est tracé différemment dans cette immense ville qu’est Istanbul. Cette fois j’étais dans le quartier historique chez une amie que Basar m’avait présentée lors de ma dernière visite, Digdem. Elle fait aussi partie du réseau du couchsurfing, mais elle n’héberge pas. Elle ne fait que participer aux rencontres et événements organisés de temps à autre dans sa ville, comme j’ai également fait à une certaine époque dans la mienne. Je me retrouvai à Yedikule.

rue de Yedikule, Istanbul

rue de Yedikule, Istanbul

Il s’agit d’un super beau quartier comme je les aime. Un quartier délabré, avec des maisons aux façades magnifiques et marquées par le temps, quelques fois abandonnées, avec des rues étroites qui semblent sans fin et sans aucune logique. Il faut savoir où on va, c’est tout. C’est là que je prends plaisir à arpenter les rues et me perdre en me laissant guider par l’architecture et les belles mosquées que j’aperçois. Il y a beaucoup d’églises qui sont demeurées en place depuis que les chrétiens ont été défaits. C’est toujours intéressant de voir le christianisme, le judaïsme et et l’islam cohabiter dans une même ville dans ce coin du monde.

L’appartement de mon amie Digdem et sa mère est situé près du mur de la ville qui entourait la cité gréco-romaine initialement construit au VIIème siècle pour être détruit, puis reconstruit par Mehmed II, le 7ème sultan de l’Empire Ottoman en 1497. Alors que cet empire s’emparait de Constantinople en 1453, la chute de cette ville mit fin à l’empire Byzantin qui régna durant 1000 ans. Constantinople fut la capitale de cet l’empire et fut rebaptisée Istanbul en 1930. On ignore la signification réelle du nom Istanbul.

C’est le mois de décembre, c’est l’hiver ici aussi. Au lieu de la neige, c’est de la pluie, mais rien à voir avec nos précipitations habituelles de Montréal. La température est généralement autour de 15 degrés le jour. Les Turcs  se promènent en gros manteau d’hiver, chapeau, foulard avec un air replié comme nous avons vers la mi janvier à moins 30 degrés. Moi je suis en chandail et petits souliers avec le pashmina dans le sac au cas où j’aurais un frisson. On me regarde bizarrement. Je passe pour une folle c’est certain. Je me sens comme lorsqu’on est jeune et que l’on fait une connerie et que l’on risque de se faire prendre. Je suis vraiment mélangée dans le temps puisque je quitte toujours au mois d’avril et ce, pour deux trois mois et là c’est l’hiver et je me déconnecte enfin de ma session de fou.

Après les deux premiers jours à Istanbul, les choses se plaçaient peu à peu et je me retrouvais quand même très bien dans la ville. C’est normal d’être déstabilisé au début puisque le décalage horaire joue pour beaucoup et parce que la pression du quotidien redescend en plus d’un changement de température. Je compris plus tard que ce que j’attendais le plus, était mon séjour en Syrie, pour parler arabe et être entourée de cette culture. Par conséquent, je n’arrivais pas à apprécier la ville à sa juste valeur. Puisqu’en revenant à Istanbul quelques jour avant le grand retour à Montréal, j’ai retrouvé ce sentiment que j’avais depuis la première visite. Cet espèce de sentiment d’être invincible, de respirer, de bonheur de marcher dans une ville si riche en histoire, si magnifique où il y a tout, comme un Montréal oriental. Je me suis donné comme but de découvrir d’autres endroits que je n’ai jamais visités. C’est ainsi que je rentrai enfin dans le palais Dolmabahce. Je suis passée devant à mainte et maintes reprises. Je l’ai même pris en photos plusieurs fois sans jamais y mettre les pieds. Les attractions touristiques sont très chères soit une quinzaines de dollars chacune et elles sont nombreuses. Jouer les touristes à longueur de journée n’est pas mon fort et j’ai privilégié certaines lors de mes visites antérieures.

Palais Dolmabahce Juillet 2008

Palais Dolmabahce Juillet 2008

Palais Dolmabahce, Janvier 2010

Palais Dolmabahce, Janvier 2010

Le Dolmabahce est un des deux  palais les plus splendides que j’ai vu dans ma vie avec le palais présidentiel du dictateur de la Roumanie Ceaucescu. Commencé en 1842, la construction s’acheva en 1853, soit treize ans après. Il fut utilisé comme centre administratif de l’empire Ottoman de 1853 à 1922 pour par la suite, être utilisé comme palais présidentiel et résidence d’été par le fondateur de la république moderne, Moustafa Kemal Attatük. Le palais comporte plus de 285 pièces, 44 salles, 6 hammams et 68 toilettes. Sa décoration est magnifique. Des lustres impressionnants s’y retrouve dont un de quatre tonnes qui est le plus grand au monde. On y trouve aussi un escalier de cristal que j’ai pu monter. La visite est d’une durée d’une heure et on ne nous montre que quelques pièces du palais. Il est interdit de prendre des photos de l’intérieur et mes descriptions ne rendent aucunement justice à la beauté de ce palais. Comment ais-je pu ignorer aussi longtemps ce palais au détriment de Taksim où sont tous les magasins?

Hall de cérémonie du palais Dolmabahçe

Hall de cérémonie du palais Dolmabahçe

Pour ma dernière journée, je me suis payée la traite : magasinage intensif dans Takism y compris cet entrepôt de vêtements qu’un Turc m’a fait découvrir où on trouve des trésors vraiment pas cher. Puis, je suis retournée dans Sultanahmet où tous les touristes sont condensés pour revoir sa mosquée surnommée la mosquée bleue. Elle est décorée de fond en comble. Je m’assoie sur le tapis avec mes sacs et mes souliers en mains. J’observe les musulmans prier. Il s’agit

d’un moment précieux de silence intemporel. Il se fait tard et le grand bazar ferme assez tôt. J’abandonne cet endroit culte pour une dernière visite aux souq pour acheter du tabac arabe à shisha, des petits cadeaux et une lampe magnifique en verre que je désirais depuis 2007. Les sacs pleins et les bras tirant vers le bas, la nuit tombe peu à peu, je balaye du regard la ville en faisant un 360 degrés sur moi même. Je me dis à ce moment que je l’ai retrouvé mon premier amour oriental, il n’était pas si loin. Il fallait simplement le faire ressurgir. J’ai le coeur gros et ma gorge se noue.

Mosquée Sultanahmet, Istanbul

Mosquée Sultanahmet, Istanbul

Je dois partir dans la nuit pour Montréal et je sais à ce moment, que je ne reviendrai peut-être pas de sitôt.

J’ai fait le tour de cette ville et de ce pays. J’y ai visité une vingtaines de villes autant à l’est que l’ouest. J’y ai vécue une panoplie d’aventures plus folles les unes que les autres. J’y ai fait de merveilleuses rencontres qui ont duré depuis trois ans, d’autres un moment, pour s’éteindre ensuite. Mes souvenirs sont gravés à jamais dans ma mémoire.

Il est temps de passer à autre chose pour mieux y revenir. Peut-être dans le but de m’y installer un moment ou encore pour un projet. Qui sait?

فانيسا

vanes

Crois, si tu veux, que des montagnes ont changés de place ; mais ne crois pas que des hommes puissent changer de caractère

(proverbe arabe)

Publicités

Une Réponse to “Istanbul, mon amour”

  1. kimtuong Says:

    Mademoiselle Istanbul, Un tout nouveau blog sur Istanbul par une francaise, ses bonnes adresses et sa vision de la Turquie au cas ou 🙂

    http://latortuecityblog.wordpress.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :